bouffemont.fr - Le site de la Ville et des habitants de Bouffémont

Rechercher

Recherche avancée

Navigation principale

Le Guichet Intéractif

Vous êtes dans : Accueil > Découvrir la ville > Son Histoire > Du Collège féminin au Centre médical et pédagogique Jacques Arnaud (1924 à nos jours)

Du Collège féminin au Centre médical et pédagogique Jacques Arnaud (1924 à nos jours)

Fondé en 1924 par Henri Pichon (Maire de l'époque) et sa femme Henriette , le collège féminin proposait aux jeunes filles de 8 à 20 ans, de grandes familles du monde entier un enseignement de qualité.

On y comptera des élèves prestigieux telles que les princesses iraniennes Myriam, Omar et Iran, ainsi que Flor de Oro, fille de Rafaël Trujillo (dictateur de la république dominicaine) ou encore la fille de Molotov (premier vice-président du conseil de l'URSS).

Les jeunes pensionnaires disposaient d'un cadre de vie agréable et luxueux. L'enseignement dispensé y était élitiste et moderne.
Sous l'occupation, le collège est réquisitionné par Wermarcht.

A la libération, l'établissement, déserté par la clientèle ferme définitivement.
L'école est située à 20km de Paris à proximité des forêts de Montmorency et de L'Isle-Adam : l'air y est pur et reconstituant.
Le parc du collège planté d'arbres séculaires, s'étend sur 30 ha. 10km d'allées sont à la disposition des élèves ; une piscine de 1000 m3 d'eau courante leur permet de prendre les bains froids pendant six à huit mois de l'année.

Le collège s'adressait en un mot, aux familles qui, tout en ménageant à leurs jeunes filles de solides études classique, avaient le souci de leur faire passer leurs années de jeunesse dans un cadre harmonieux et luxueux. Les jeunes collégiennes ne sont plus réunies dans de mornes dortoirs, mais habitent généralement dans des chambres individuelles, réparties dans les trois châteaux («Castel-sous-Bois», «La manoir de Long pré», «Le Palais scolaire». Les salles de cours s'ouvrent largement au soleil et à l'air sur un magnifique parc de 30 hectares.

Le palais scolaire (œuvre de Maurice Boutterin, architecte en chef du gouvernement) comprend, entre autre, 19 salles de cours, une splendide bibliothèque de 20 000 ouvrages, un laboratoire pour travaux pratiques de sciences, une salle de couture, une salle de lavage et repassage, une salle pour nombreuses salles à double parois pour les études musicales, 9 terrasses pour le repos, un cabinet médical, un cabinet de dentiste, un salon de coiffure, de salles de gymnastique et une piscine d'eau chaude de 300 m3.

A l'instar des grands collèges anglais et américains de l'époque, l'institution proposait une formation complète : cours et travaux personnels pendants 6 heures, activités artistiques, sports et loisirs, le reste de la journée.

Le collège offre les avantages d'une vie familiale simple, saine et confortable, et ceux d'une solide éducation morale, intellectuelle, et physique.

Certainement élitiste, l'enseignement dispensé où l'on pouvait étudier Virgile, Homère et Rousseau le matin, faire un golf l'après-midi et assister à un concert classique le soir, acquit très vite une renommée européenne, voir internationale. Celle-ci se justifiait d'ailleurs par d'excellent résultats au baccalauréat. 

Galerie photos

Le Sanatorium universitaire (1950 – 1992)

A la libération, l’établissement, déserté par la clientèle ferme définitivement.
Au lendemain de la guerre, l’Armée française prend en charge l'administration provisoire de l'Allemagne défaite. L’armée, la Croix rouge et la Fondation Santé des Etudiants de France investissent plusieurs établissements de cure en Forêt noire.

Ainsi le 13 mai 1946, le Sanatorium Jacques Arnaud est inauguré à Saint-Blazien par le Général Koening ; il doit accueillir des jeunes patients tuberculeux.
La direction est confiée au Lieutenant André Joussaume , jeune médecin qui a fla libération, l’établissement, déserté par la clientèle ferme définitivement. Au lendemain de la guerre, l’Armée française prend en charge l'administration provisoire de l'ait ses armes dans la Résistance parisienne.

C’est le Dr Joussaume qui organise en 1950 le déplacement du sanatorium universitaire de la Forêt noire à Bouffémont.
Les bâtiments reprennent vie avec l’ouverture du Sanatotium Universitaire Jacques Arnaud, établissement de la Fondation Santé des Etudiants de France.

Le Sana accueille en 1951 près de 150 étudiants tuberculeux, sur deux étages ; «les pensionnaires» sont logés à deux par chambres, mais le besoin d’espace impliquera la construction d’un troisième étage au dessus du Palais scolaire. Le Sana bénéficie d’une réputation internationale ; il accueillera parmi ses patients le pianiste de jazz américain Bud Powell  entre 1963 et 1966. De cette époque une de ses grandes compositions : le fameux «Blues for Bouffémont ». Avec l’arrivée des antibiotiques dans les années 50, la mortalité chute fortement, les cas de tuberculoses se font moins nombreux. Les établissement de la Fondation Santé des Etudiants de France devront reconvertir une partie de leur activité pour mieux répondre aux besoins de l’époque.

Dès 1958, André Joussaume développe un projet de Formation permanente en électronique au sein du Centre ; cette formation sera complétée en 1965 par un second cours en électronique. En 1968, pour faire face à son adaptation, d’importants travaux sont entamés sur le site, notamment pour permettre en 1971 l’accueil des
services de Psychiatrie et de Rééducation fonctionnelle en direction des personnes polytraumatisées.

Ainsi, part sa diversité de services et de soins, le centre reste un équipement à part de la Fondation Santé des Etudiants de France.

Le Centre Médical et Pédagogique Jacques Arnaud (1992 – 2009)

En 1992, l’établissement prend le nom de «Centre médical et pédagogique Jacques Arnaud». Le CMPJA est l'un des 11 établissements de la Fondation Santé des Etudiants de France, fondation reconnue d'utilité publique et participant au Service Public Hospitalier.

L'originalité de son fonctionnement repose sur une prise en charge "Soins/Etudes/Insertion" des patients et/ou stagiaires qui y sont admis.

La Structure Sanitaire

Le CMPJA dispose de 4 services médicaux :

  • Le Service de Médecine Physique et Réadaptation Neurologique (32 lits)
  • Le Service de Médecine Physique et Réadaptation Polyvalente (32 lits)
  • Le Service «Transdisciplinaire» (unité de psychiatrie et M.P.R. de 20 lits)
  • Le Service Médico-Psychologique se compose :
    • de la clinique médico-psychologique, Unité soin-étude (46lits) ;
    • l’Unité SEIPA (12 lits) soins- étude-insertion pour adolescents du Val d’Oise.

L’établissement dispose par ailleurs d’alternatives à l’hospitalisation dans les deux spécialités médicales afin de poursuivre la prise en charge et permettre l’autonomisation et la transition vers la réadaptation sociale et professionnelle.

La structure pédagogique

S’adresse à tous les patients pouvant bénéficier d’une prise en charge pédagogique. L’annexe pédagogique Éducation Nationale (25 enseignants) est rattachée au lycée de Domont.

L’insertion Professionnelle et Sociale

Le Pôle Insertion Professionnelle initie des actions dans le cadre de l’insertion et du suivi des patients, des stagiaires de reclassement professionnel.
L’antenne UEROS (Unité Expé-rimentale d’Évaluation, de Ré-entraînement et d’Orientation Sociale et Professionnelle) aide des personnes cérébrolésées à construire un projet d’insertion.

Centre de Reclassement Professionnel

Des stages de formation professionnelle de 24 mois, pour personnes Reconnues Travailleurs Handicapés par la COTOREP sont dispensés en formation tertiaire, chimique et biochimique et électronique, stages de niveau bac et Bac + 2. 

Partager cette page sur

Lettre électronique

Recevez toute l'actualité et les événements de Bouffémont sur votre adresse électronique.

Le plan interactif.

Navigation

Transversale