bouffemont.fr - Le site de la Ville et des habitants de Bouffémont

Rechercher

Recherche avancée

Navigation principale

Le Guichet Intéractif

Vous êtes dans : Accueil > Découvrir la ville > Son Patrimoine > Un patrimoine Naturel

Un patrimoine Naturel

De tout temps, la forêt de Montmorency a été considérée comme un vivier de ressources vitales.

C'est d'autant plus vrai pour notre ville, quand on sait que la forêt couvre 59% du territoire.

Le monographie de Jean Carbon (1899), instituteur du village nous apporte des lumières concernant l'exploitation de la forêt par les Bouffémontois au cours du siècle dernier.
Une moyenne de 40 ha de bois était exploitée chaque année sur la commune.

La majeure partie était de jeunes taillis de châtaigniers, avec lesquels ont fabriquait les cercles de tonneaux et le treillage. A l'époque trois catégories d'ouvriers étaient occupées par l'exploitation : le bûcheron qui abattait et émondait les arbres, le cerclier et le treillageur qui fendaient et plantaient le bois selon leur partie. Chaque ouvrier était occupé environ huit mois de l'année dans la forêt.

Hormis le bois, les bouffémontois exploitaient en forêt le grès et «la pierre à construire» dont une partie servait à l'entretien des routes et des chemins vicinaux de la région.

En 1861, cinq carrières à ciel ouvert étaient exploitées sur la commune. Trois au lieu-dit «Saint-Étienne des grès» et deux au lieu-dit «Charbonnière».

Un peu plus tard, les parisiens en mal de nature furent attirés par la boisement de notre commune et décidèrent de s'y installer... Ce qui marqua le développement de Bouffémont.

Réserve de bois pour le chauffage et la construction mais aussi espace de cueillette (dont la châtaigne, aliment de base pour la table médiévale) la forêt était aussi une réserve de chasse sans équivalent. A côté des sangliers et cervidés foisonnant, les ours les lynx et les loups menaçaient souvent les troupeaux. Les chasseurs les traquaient tant pour leur viande que pour le danger qu'ils représentaient. Les écureuils, les hermines et les martres étaient recherchés pour leur fourrure.

Le massif de Montmorency recouvre la plus vaste «butte» d'Ile-de-France, colline oblongue de 12 km sur 4, culminant à 195 m et assez vallonnée (certains auteurs l'ont qualifiée de «Petit Jura»). S'étendant sur 2200 ha (dont 1972 ha de forêt domaniale); la forêt de Montmorency est principalement boisée de châtaigner (80%). Elle a longtemps été exploitée sans soucis de régénération. Depuis 1980, l'Office National des Forêts a entrepris d'y réintroduire le chêne et, d'ici 100 ou 150 ans, on devrait en voir de très beaux...

Parmi les 173 arbres d'intérêt national (inventaire de 1996), vos balades peuvent vous mener à l'un d'eux, comme au plus vieux châtaigner du massif de Montmorency (400 ans) situé sur le territoire de Béthemont-la-Forêt ou à la «Cépée des onze apôtres», arbre à onze troncs de taille pratiquement identique... et peut-être, comme Adien, il y a quelques années, aurez-vous la chance, au détour d'un chemin, de découvrir un trésor. 406 pièces d'argents, le magot qu'un propriétaire, un bourgeois, un laboureur aisé ou autre, aurait enterré pour le cacher... 

Partager cette page sur

Lettre électronique

Recevez toute l'actualité et les événements de Bouffémont sur votre adresse électronique.

Le plan interactif.

Navigation

Transversale